Polestar 1 : le début d’une histoire

/ Polestar 1 : le début d’une histoire

Polestar 1 : le début d’une histoire

Par |2020-08-21T12:13:15-04:00vendredi 21 août 2020|Sur la route|

Polestar, c’est un nom que les amateurs de performance connaissent bien parce qu’il est depuis longtemps associé à celui de Volvo. Mais la nouvelle déclinaison de Polestar, c’est une toute nouvelle compagnie, créée en collaboration avec Geely, et qui a comme mission de lancer des voitures de luxe motorisation totalement ou partiellement électrifiées.

Et le premier pas de cette toute nouvelle page d’histoire de l’automobile, c’est la Polestar 1. Ne cherchez pas les concessionnaires de la marque. N’essayez pas non plus de croiser ce modèle sur la route. Son nombre d’unités total sera limité à 1500 en trois ans. Et pour le moment, leur nombre se compte sur le bout des doigts, ou presque.

Mais la Polestar 1 est une véritable réussite technologique, qui vient prouver la capacité du constructeur suédois d’offrir une voiture d’exception.

Une voiture unique

La Polestar 1, c’est un coupé aux lignes spectaculaires. Inspirée de prototypes passés et de la P1800 de Volvo, est elle clairement destinée à faire tourner les têtes. Ce qu’elle fait sans effort. Je ne peux même pas prétendre que c’est ma faute en plus, puisque les badauds se pressaient jusque dans mon entrée de cour pour l’apercevoir et la prendre en photo.

L’habitacle est plus sobre. Non pas qu’il ne soit pas élégant, mais il reprend presque à l’identique les propriétés de la Volvo S90, ce qui déçoit un peu dans un véhicule qui se veut aussi exclusif. Mais on a le pardon facile avec ce genre de bolide.

Un petit détail pour les amateurs de pneus : la voiture est montée sur des Pirelli, comme il se doit aux impressionnantes dimensions : 280/30ZR21. En termes clairs, regardez les photos et vous comprendrez comment les roues viennent confirmer le look unique et équilibré du véhicule.

Hybride aussi

Sous le capot, pas un, pas 2 mais 4 moteurs. Bon, un seul à essence, un moteur 2,0 litres turbo et surcompressé qui est jumelé étroitement à l’avant à un moteur électrique de 71 chevaux qui agit aussi comme démarreur. À l’arrière, deux autres moteurs électriques logés sur l’essieu. Le résultat total, ce sont 619 chevaux qui composent une cavalerie nerveuse et spectaculaire…tout en étant économique.

Il faut qu’avec sa batterie de 34 kWh, la Polestar 1 dispose d’une autonomie électrique de quelque 115 kilomètres. Ce qui, en conjugaison avec le moteur à essence, m’a permis de maintenir une moyenne de consommation de 6,0 litres aux 100 kilomètres en moyenne.

Cela sans oublier de tester à quelques reprises les accélérations, les freinages et la conduite dynamique du véhicule. Et sans oublier non plus de vérifier chacun des cinq modes de conduite, incluant la version intégrale. Petit détail, une boite de vitesse 8 rapports transmet la puissance aux roues.

Confort et technologie

La Polestar 1 dispose d’une architecture quasi totalement conçue en fibre de carbone, ce qui l’allège considérablement. Elle est aussi munie d’un toit panoramique grand format, de sièges enveloppants, d’un système de son Bowers & Wilkins qui permet de recouvrir ma voix de stentor sans difficultés malgré mes plus grandes envolées, et d’un grand nombre de technologie de sécurité embarquée destinées à rendre la randonnée plus sécuritaire,

Ajoutez à ces des suspensions Öhlins ajustables manuellement pour obtenir le débattement maximal, et vous aurez une bonne idée de la voiture.

Attention, elle n’est pas parfaite. Les places arrières sont ridiculement petites, et l’espace dans la valise, sérieusement handicapé par la présence de batteries dans le plancher et le dossier des sièges arrière, fait rager les gens qui, comme Chérie, ont un sac à main de trop grande dimension. Imaginez, cette grosse voiture n’a que 125 litres d’espace de chargement!

Évidemment, à quelque 199 000$ à l’achat, on la souhaiterait sans défaut. Mais rappelez-vous que cette Polestar 1 n’est qu’un premier pas. Le vrai défi, pour la compagnie, ce sera d’offrir une Polestar 2 100% électrique aussi agréable, pour un prix déjà annoncé de quelque 70 000$.

Mais je pourrai dire que j’ai, en quelque sorte, participer aux premiers pas de la création d’une compagnie dont on parlera longtemps.

Vous voulez en savoir davantage? Écoutez ce podcast! Ça roule radio, émission du 21 aout 2020