Essai routier : RAM 2500 Power Wagon et GoodYear Wrangler Duratrac

/ Essai routier : RAM 2500 Power Wagon et GoodYear Wrangler Duratrac

Essai routier : RAM 2500 Power Wagon et GoodYear Wrangler Duratrac

Par |2019-04-19T01:44:10-05:00mercredi 13 mars 2019|Guide et conseils, Sur la route|

(Las Vegas, Nevada) – J’aime le hors route. J’en suis un véritable fan. Je n’ai pas toujours l’occasion d’en faire autant que je voudrais, les sentiers qui m’entourent et les véhicules que j’essaie ne sont pas toujours capables d’absorber mes prétentions. Heureusement, il arrive parfois que certains expériences me permettent de satisfaire mon envie d’aventures, du moins en partie.

C’est ce qui s’est produit alors que je participais au lancement de la nouvelle camionnette RAM Heavy Duty, dans la région du Nevada. Une bonne partie de l’essai a été consacrée au RAM 2500 et 3500 sur lesquels nous reviendrons. Mais une portion, trop petite à mon avis, m’a permis d’explorer les sentiers  rocailleux du Red Rock Canyon, en banlieue de la cité du jeu.

Et j’ai eu du plaisir. Vraiment. Sans aucune gêne de surcroît. Il est vrai que le RAM Power Wagon 2019 n’a pas exactement les dimensions voulues pour se déplacer discrètement dans les sentiers plus étroits. Mais le désert entourant Las Vegas a beau être rempli de roche, il permet aussi d’élargir les sentiers, et d’offrir des aspérités et des longues étendues plus sablonneuses. En deux mots, que du plaisir.

Pour coller le RAM à la route, des pneus GoodYear Wrangler Duratrac dont le mandat est clairement d’assurer la transition entre la ville et la campagne.

Parlons pneu d’entrée de jeu, puisque ces pneumatiques se sont avérés sans reproche. Les gros blocs et les sillons surdimensionnés se sont débarrassé des sables sans jamais s’enliser, et n’eût-été de quelques rochers particulièrement imposants, les pneus n’auraient jamais donné la sensation de forcer.

Même sur une surface durcie et damée, les Wrangler ont été capables de nous mener à bon port, et à bonne vitesse (après tout, nous étions hors route…..), tout en maitrisant le tressautement trop souvent relié aux pneus hors routes.

Le  bémol, et il est normal avec des crampons de cette dimension, c’est le côté bruyant des pneus, accentués il faut l’avouer par une surface asphaltée lourdement endommagée. J’aurais aimé faire un test plus complet, incluant notamment une chaussée mouillée, mais ce ne fût pas le cas. Je vais devoir me reprendre (vous sentez toute ma déception…..)!

Détail intéressant, le dessin de semelle des pneus se retrouve aussi reproduit à l’intérieur, sur les garnitures de l’habitacle.

RAM Power Wagon 2019

Quant au camion lui-même, il est rien de moins qu’étonnant. Réglons la chose tout de suite : il est énorme. J’avoue que j’ai apprécié le fait que la camionnette soit placée un peu en pente alors qu’est venu pour moi le moment de sauter à bord. J’ai pu profiter un peu de la petite butte pour me hisser plus haut, puisque le Power Wagon n’a pas de marchepied. Et compte tenu de ma taille, plus horizontale que verticale, l’accès aurait été plus difficile.

Une fois installé à bord, on a la sensation que rien ne peut nous arrêter. L’habitacle est confortable, le tableau de bord simple à consulter, et on apprécie particulièrement la présence de caméra 360 degrés, incluant une caméra tournée vers l’avant avec des lignes de direction. Notre modèle d’essai n’en était pas dotée mais celui de notre guide, oui. J’avoue l’avoir parfois jalousé.

Les énormes dimensions du camion donnent parfois l’impression qu’il ne sera pas capable de franchir tous les obstacles, Mais le Power Wagon profite du même boitier de transfert qui a fait la renommée du Jeep Wrangler. Il dispose aussi d’une barre stabilisatrice que l’on peut déconnecter sur simple pression d’un bouton et différentiels que l’on peut verrouiller à l’avant comme à l’arrière.

Montées escarpées, rochers abondants, angles latérales impressionnantes, le Power Wagon n’a eu peur de rien dans cette petite portion du désert de Red Rock Canyon. Le conducteur que je suis n’avais cependant pas la même bravoure, et j’avoue que le long capot (allongé sur le Power Wagon) ne rendait pas la visibilité facile. Dans une pente escarpée, j’ai heureusement pu compter sur le système d’aide à la descente pour me laisser aller, même sans voir précisément la direction vers laquelle je me dirigeais. Et je suis heureux de dire que je n’ai pas eu besoin du treuil de 12000 livres, offert de série sur le véhicule pour me tirer d’un mauvais pas.

Sous le capot, un moteur V8 HEMI 6,4 litres de 410 chevaux et de 429 livres-pied de couple, jumelé à une boite de vitesse automatique 8 rapports, et à un système 4 roues motrices performant. Et dans l’habitacle, tout le confort que le camion RAM propose, sans compromis malgré la définition hors-route du véhicule.

J’aime le hors-route. Avec un RAM Power Wagon 2500 2019, l’aventure est imposante (le camion a tout de même 5 mètres de longueur et 2 de largeur). Je serais quand même curieux de pousser ce gros camion dans ses derniers retranchements. Je pense que j’atteindrais mes limites bien avant lui.