Pourquoi des pneus en caoutchouc – partie 1

Par Marc Bouchard | mercredi 30 septembre 2020 | BlogueGuide et conseils

Aujourd’hui, naturel ou synthétique, vulcanisé ou attendri mécaniquement, le caoutchouc est présent dans pratiquement toutes les sphères de notre vie. Des gants en latex aux fils électriques et aux bottes de pluie, cette gomme polyvalente est reconnue pour son élasticité et sa plasticité. À la base, cette substance est issue de la sève de certains végétaux. Surprenamment, elle en usage depuis au moins un demi-millénaire en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

Bien sûr, ce n’est que très récemment qu’elle s’est démocratisée à travers le monde. Lorsqu’elle a d’abord été amenée en Europe par les explorateurs coloniaux, il ne s’agissait que d’une curiosité. Or, grâce à l’ingéniosité de plusieurs scientifiques, en bonne partie issus de l’industrie du pneu, le matériau trouve au courant des XVIIe et XVIIIe siècles ses usages modernes.
Le premier à avoir reconnu l’utilité du caoutchouc dans la fabrication d’essieux est Charles Dietz, en 1835. Sans même avoir voulu réinventer la roue, il dota son «remorqueur à chaudière» de roues faites de liège et de caoutchouc. L’idée du pneu était née!

Quelques années plus tard, en 1842, c’est Charles Goodyear (aucun lien avec la célèbre compagnie) qui découvre le procédé de vulcanisation. En ajoutant du soufre au matériau, il découvre que celui-ci se stabilise, gardant sa forme et étant moins affecté par la température. C’est une véritable révolution dans le monde de la mécanique. Trois ans seulement après la découverte de ce procédé, Robert William Thompson invente un pneu avec chambre à air et en dépose le brevet. Malheureusement, son invention est un échec commercial, mais son concept reste dans les esprits des ingénieurs.

Dunlop et l’invention du pneu

Moins de cinquante ans plus tard, en 1887, c’est l’invention par John Dunlop du pneu à chambre à valve moderne et la fondation de sa compagnie qui marquent le véritable début de l’ère du pneu. D’ailleurs, la plupart de nos manufacturiers de pneus majeurs ont été fondés à cette époque.

En 1892, c’est au tour des frères Michelin, fondateurs de la compagnie du même nom, de faire leur entrée dans ce nouveau marché. Ce marché se révèle rapidement être très lucratif et, moins de quarante ans après la propagation du pneu à air, plusieurs compagnies de caoutchouc se tournent vers leur production. On peut citer en exemple la conversion de la Yokohoma Cable Manufacturing Company en 1917 (voir notre article sur le pneu au Japon ici).

La course folle du progrès technique enclenchée à cette époque est encore bien incarnée par des compagnies comme Dunlop, Michelin, Goodyear ou Yokohama. Si ces entreprises perdurent depuis si longtemps, c’est qu’elles ont su prendre le caoutchouc et le transformer en véritable produit de l’innovation. Même si aujourd’hui la majorité de celui-ci est créé synthétiquement, un procédé raffiné dans les années 30, les découvertes de Dunlop et de Goodyear forment encore la base de la construction d’un pneu.

Or, aujourd’hui, comment doit-on traiter ce caoutchouc avant d’être utilisé sur nos voitures? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la plupart des pneus sont noirs? Restez à l’affût de notre blogue pour tout savoir sur la création de la gomme des pneus modernes!

À propos de l’auteur

Marc Bouchard is passionate about cars... and many other things. He started out as a general journalist and has been working on cars for the past twenty years. We see him on TV, hear him on the radio and read about him everywhere. Often called upon as an expert analyst.

Articles similaires