Essai routier : Michelin X-Ice Xi3 et Hyundai Kona EV

/ Essai routier : Michelin X-Ice Xi3 et Hyundai Kona EV

Essai routier : Michelin X-Ice Xi3 et Hyundai Kona EV

Par |2019-05-15T09:04:59-05:00samedi 20 avril 2019|Guide et conseils|

Je vais devoir recommencer mon essai. Non, je vous jure, je vais devoir me contraindre à le refaire. Après tout, on ne peut pas convenablement évaluer une voiture 100% électrique en plein milieu du mois de février, au moment où le mercure atteint des sommets de froideur, et que ce dernier est chaussé de pneus d’hiver. 

J’ai quand même fait un premier test, et je me suis mis au volant du Hyundai Kona EV, chaussé de pneus d’hiver Michelin X-Ice Xi3. Un véhicule que j’avais hâte de tester pour voir s’il remplit ses promesses, promesses qu’on nous fait depuis des mois. 

Résultat numéro 1 : l’autonomie 

La promesse du Hyundai Kona 100% électrique, c’est de pouvoir parcourir 415 kilomètres en mode électrique. Promesse partiellement tenue, dois-je le dire, puisque le froid a sérieusement handicapé les performances. 

Ainsi, quand j’ai mis la main au volant du petit véhicule qui affichait pourtant 100% de recharge de la batterie, on ne me promettait que 313 kilomètres de distance à parcourir.  Un total qui s’est rapidement abaissé jusqu’à 303, puis 293 avant de se stabiliser, victime du froid et de l’usage plus intensif de la climatisation et du chauffage. 

Un bon point cependant, c’est que tout au long de mes journées d’essai, l’affichage de la petite Hyundai Kona électrique a été d’une fidélité irréprochable. Les kilomètres s’écoulaient au rythme où je les franchissait, ce qui a un petit côté rassurant. Certains véhicules électriques ont en effet la fâcheuse tendance à l’optimisme délirant. 

Résultat numéro 2 : la recharge 

Pas de surprise, les gens qui me connaissent savent que je n’ai pas encore de borne de recharge à la maison, ayant hérité d’un système électrique demandant une bonne révision avant installation. Mes recharges sont donc basées sur l’usage du réseau public, et sur la prise de courant traditionnelle extérieure de 120 volts. 

Sur cette dernière, la Kona avait besoin de plusieurs dizaines d’heures pour se recharger au complet, ce qui n’a rien de surprenant pour une batterie de 64 kWh. J’ai quand même profité de la dernière journée pour laisser le véhicule immobile, et ainsi pouvoir le ramener à bon port avec une bonne dose d’électricité à bord. 

Autrement, j’ai dû me résigner à me taper quelques restaurants, histoire de profiter des bornes de recharge rapides qui, en une heure et moyennant 10$, étaient en mesure de me fournir une intéressante capacité électrique. Évidemment, le restaurant en soi n’était pas un gros sacrifice, même si le temps perdu était un peu longuet. En revanche, la recharge s’effectue rapidement et ce malgré le temps froid, ce que bon nombre d’autres VÉ ne peuvent affirmer. 

Résultat numéro 3 : la conduite 

Pas de surprise ici non plus. Le Hyundai Kona est un petit véhicule qui se conduit avec aisance et plaisir. Petit est le bon mot cependant, puisque mon grand Fiston, qui a plusieurs centimètres au-dessus de ma tête, a littéralement refusé de se glisser dans les places arrière, n’acceptant pas de se replier pour y prendre place. 

Mais bon, on s’y attendait un peu, tout comme à l’espace de chargement réduit. La conduite, l’ergonomie, les multiples accessoires et la qualité de finition amènent toutefois le Kona électrique à un niveau plus élevé. 

Michelin X-Ice Xi3 

Sous le véhicule, ce sont des pneus d’hiver Michelin X-Ice xi3 qui collaient la voiture à la route. Des pneus classiques, bien connus et fort populaires au Québec, dont les qualités sont reconnues. Évidemment, ils ne font pas partie de l’équipement de base du Kona électrique, lequel est généralement doté de pneus à faible friction en période estivale. 

C’est ici que le bât blesse. Les pneus Michelin X-Ice Xi3 sont d’excellents pneus hivernaux de milieu de gamme, offrant une adhérence supérieure sur chaussée glacée, un bon dégagement de la neige lourde, et de bonnes performances sur chaussée mouillée. Ils ont cependant le défaut d’être légèrement plus bruyant que la moyenne, un petit défaut que l’on ne perçoit pas en temps normal et qui est provoqué par le design des lamelles qui maximisent l’adhérence. 

Mais avec une voiture électrique, le roulement est silencieux. Pas de bruits d’accélération ou de moteur pour couvrir les autres fonctions. Et si on ne met pas la radio à fond (ou que l’on chante à tue-tête comme je le fais au grand désespoir de mes passagers), le bruit de roulement des pneus est plus aisément perceptible. 

Un défaut? Non.. tout au plus un léger agacement que l’on oublie aisément lorsque le pneu mord à la neige.  Bien que la conduite du Hyundai Kona EV ne soit pas non plus sportive, ses accélérations brusques, comme le sont celles de tous les véhicules électriques, ont besoin d’une bonne adhérence. Dans cette optique, le Michelin X-Ice Xi3 est à sa place. 

Achetez vos nouveaux pneus Michelin en ligne