Les pneus Bridgestone au guayule plus près que jamais!

Par Marc Bouchard | lundi 5 septembre 2022 | BlogueActualités

Il y a déjà plus d’un an et demi, Bridgestone montrait déjà sa volonté de révolutionner le monde du caoutchouc naturel grâce à un nouvel OGM basé sur le guayule. Tout comme l’hévéa, la plante à latex la plus populaire, le petit arbuste désertique produit lui aussi de la sève résineuse  qu’on peut utiliser dans la fabrication des pneus. Le seul véritable inconvénient, c’est le faible rendement du guayule qui rend sa culture peu rentable, mais le constructeur japonais a peut-être réussi à régler le problème! C’est du moins ce que laisse présager son récent investissement de 42 millions de dollars américains sur le projet… qui leur en avait déjà coûté plus de 100 millions.

Un caoutchouc plus vert

L’avantage principal du guayule, surtout en comparaison avec l’hévéa issu d’un climat plus tropical, c’est sa robustesse naturelle qui lui permet de résister à la sécheresse. Faire pousser cet arbuste demande donc très peu d’eau et peu ou pas d’engrais et de pesticides. La qualité du sol n’affecte pratiquement pas le guayule et on peut donc en faire la culture un peu partout. Bridgestone a d’ailleurs installé ses plantations dans le Sud-Ouest des États-Unis, particulièrement en Californie, une région récemment marquée par un manque d’eau potable. 

L’objectif de la compagnie, c’est une production de caoutchouc naturelle qui a un moindre impact sur son écosystème, notamment en réduisant la quantité de ressources nécessaires pour en extraire le latex. Le guayule pousse également un peu plus rapidement que l’hévéa, ce qui permettra à Bridgestone de planter plus de 10 000 hectares de plants d’ici 2030. Rappelons que la compagnie s’est engagée à atteindre la neutralité carbone et de n’utiliser que des matières renouvelables avant 2050. 

Disponibles d’ici 2030

Bien que notre gros titre dise vrai – ils sont en effet plus près que jamais – n’allez pas sur Blackcircles.ca en vous attendant à pouvoir vous procurer des pneus au guayule dès maintenant. Il faudra encore attendre près d’une décennie avant de les voir arriver sur le marché, mais selon Bridgestone, l’attente jusqu’à 2030 en vaut la peine. Après tout, encore faut-il que les arbustes aient le temps de pousser…

 

D’ici là, on pourra sûrement voir la compagnie investir de plus en plus sur ce plan de transition et relocaliser sa production de caoutchouc naturel en Amérique du Nord. Récemment, Firestone a su démontrer la fiabilité et la sécurité d’un tel matériau à l’Indy 500 Pit Stop Challenge avec ses Firehawk, c’est donc probablement une question de temps avant que n’apparaissent des Blizzak ou des Alenza faits de cette nouvelle gomme!

À propos de l’auteur

Marc Bouchard is passionate about cars... and many other things. He started out as a general journalist and has been working on cars for the past twenty years. We see him on TV, hear him on the radio and read about him everywhere. Often called upon as an expert analyst.

Articles similaires