Goodyear vise la lune en 2025

Par Marc Bouchard | lundi 1 août 2022 | BlogueActualités

Trois grands noms de l’ingénierie réunis pour une mission lunaire. On dirait le scénario d’un film, mais c’est pourtant bel et bien la réalité et on pourra en voir le résultat autour de 2025. C’est du moins ce que promettent Goodyear, Lockheed Martin et General Motors en collaboration pour la mission Artemis de la NASA.

L’alliance entre la compagnie aérospatiale et le constructeur automobile ayant été révélée en mai de l’année dernière, c’est plutôt l’ajout du manufacturier de pneu qui fait des vagues. Goodyear a annoncé vouloir créer des pneus sans air qui seront capables d’affronter les défis d’un voyage dans l’espace. Il faut dire que la distance jusqu’au garage est un peu plus longue là-bas…

Des missions à long terme

Contrairement aux véhicules lunaires déjà envoyés par la NASA, les LTV (ou Lunar Terrain Vehicle) sont rechargeables, ce qui leur permettra de faire des missions à long terme. Il devra aussi faire face à des températures extrêmes et très variables. L’absence d’air sur la surface de la Lune rend aussi le sable coupant puisqu’il n’a jamais pu s’éroder.

Imaginez alors la difficulté de la conception d’un tel véhicule! Goodyear a le défi de construire un pneu à la longévité incroyable, mais aussi extrêmement résistant à pratiquement tous les dangers. C’est pourquoi le fabricant américain a choisi de se tourner vers les pneus sans air métalliques fait d’un alliage particulier capable de garder sa flexibilité peu importe la température extérieure. Le but ultime, c’est la commercialisation de tels trajets sur la lune qui pourraient être vendus à des compagnies extérieures.

Technologie déjà existante

Il faut dire que Goodyear ne commence pas à partir de rien. La compagnie produit déjà des pneus sans air faits de caoutchouc pour équiper certains véhicules de livraison autonomes. Ce n’est même pas la première fois qu’elle fait affaire avec la NASA pour une mission lunaire! C’est Goodyear qui avait fabriqué de nombreuses pièces logistiques pour Apollo 11 en 1969 et même les pneus pour la troisième mission lunaire, Apollo 14.

Cette fois-ci, cependant, les méthodes pour y arriver sont bien différentes d’il y a 50 ans. Entre autres, les tests de résistance à la température se feront dans des chambres à vide chez Lockheed Martin. On doit y vider l’air car il devient liquide à des températures comme celles d’une nuit lunaire. Les tests de résistance à la friction, quant à eux, comprennent l’utilisation d’un sable lunaire artificiel qui base sa composition sur celle des spécimens ramenés de la Lune par les astronautes.

 

Voyons les choses en face, je ne crois pas que ces pneus arriveront un jour sur Blackcircles.ca. Par chance, la Lune n’est probablement pas votre prochaine destination voyage! Les LTV devraient être prêts d’ici 2025, mais le commun des mortels devra continuer à se contenter de simples Wrangler Duratrac ou Assurance Weatherready

À propos de l’auteur

Marc Bouchard is passionate about cars... and many other things. He started out as a general journalist and has been working on cars for the past twenty years. We see him on TV, hear him on the radio and read about him everywhere. Often called upon as an expert analyst.

Articles similaires